La jeune équipe de basket-ball Overdose change la donne au Cameroun en remportant le championnat de deuxième division

Il y a deux ans, lors de la création de l’Overdose Basketball Club, ses propriétaires étaient loin de penser que la formation connaîtrait un succès instantané et influencerait une nouvelle histoire du basket au Cameroun.

Depuis sa création, le club a connu un succès immédiat, régnant en maître sur la scène nationale en remportant deux titres de champion du Cameroun grâce à sa dernière démonstration de magie du basket-ball – une domination du Final Four pour décrocher son deuxième titre de champion.

Face aux géants locaux FAP, Ecole de Basket et Université de Douala, Overdose a fait chuter l’Université de Douala 71-53 avant d’écraser FAP 65-39 et de battre Ecole de Basket 84-36 pour conserver un titre bien mérité.

« C’est tout simplement incroyable ce que nous avons pu faire cette année. Au début de la saison, nous nous étions fixé cet objectif et c’est très bien que nous ayons pu l’atteindre. L’année dernière, quand nous avons gagné le championnat, beaucoup de gens ont dit que nous avions eu de la chance et que nous avions dominé le championnat parce que nous étions juste une nouvelle équipe. Heureusement, maintenant ils voient que ce n’était pas seulement une chance pour nous. Gagner deux championnats au cours des deux premières années de notre existence est la preuve que quelque chose de sérieux est fait au niveau de notre équipe ».

Déclare Roger Dassi, entraîneur d’Overdose.

Dassi sera heureux que la garde Carine Ngukong (1,83 m) ait sorti les armes pendant le tournoi à quatre, avec une moyenne de 19 points par équipe, et que la jeune femme de 22 ans ait été nommée joueuse la plus utile de la compétition.

Mais au-delà des trophées d’Overdose, leur style de basket captivant a séduit de nombreux fans et a suscité la curiosité des inconditionnels de ce sport.

L’équipe a acquis la réputation d’avoir un effectif très jeune, trois de ses dix joueurs ayant moins de 18 ans lors du Final Four.

« Le basket-ball moderne est très exigeant. Si vous voulez bien jouer, vous avez besoin de joueurs très athlétiques qui comprennent très bien le jeu. La plupart de nos joueurs sont très jeunes et ils sont sans relâche dans leur quête pour jouer régulièrement à un niveau élevé. Nous avons la chance que certains des adolescents de l’équipe soient très talentueux et puissent très bien lire le jeu. Leur talent et leur athlétisme compensent leur inexpérience et il est toujours bon de voir à quel point ils sont désireux d’apprendre chaque jour. Nous comprenons qu’ils peuvent parfois faire des erreurs, ce qui est naturel. Heureusement pour nous, nous avons des joueurs comme Sandrine Ayangma et Gano Siloise qui ont joué avec l’équipe nationale et participé à des compétitions continentales. Ils apportent une grande expérience et peuvent encadrer les jeunes joueurs. Jusqu’à présent, nous avons réussi à obtenir le bon mélange et nous espérons qu’avec le temps, les choses s’amélioreront pour notre équipe ».

A déclaré Dassi, 38 ans.

Non contente de sa domination au Cameroun, Overdose souhaite avoir un impact immédiat sur la scène continentale, car elle se réjouit à l’idée de participer à la prochaine Coupe d’Afrique des champions féminins de la FIBA.

« Une partie de notre objectif est de participer à une compétition africaine, car nous pensons que cela apportera plus de développement à l’équipe et évidemment plus de compétition pour nous. Notre ambition est de gagner le tournoi. Récemment, les clubs camerounais ont connu des moments difficiles dans la compétition mais nous pensons que nous avons ce qu’il faut pour établir un nouvel ordre sur la scène continentale. Certaines personnes pensent que c’est une ambition folle mais si vous n’essayez jamais, vous ne pouvez pas savoir ce que vous faites. Nous voulons impressionner lors de la Coupe d’Afrique des champions féminins de la FIBA. Si nous y parvenons, les gens commenceront vraiment à croire en notre projet et peut-être que cela inspirera d’autres clubs locaux à faire de même ».

A déclaré Dassi

You may like

In the news