États-Unis : La législation américaine demande aux services d’immigration et de douane de suspendre l’expulsion des demandeurs d’asile africains

Les législateurs ont déclaré que la procédure d’expulsion par l’ICE devrait être suspendue jusqu’à ce qu’une nouvelle administration soit assermentée.

À la demande de la Chambre des représentants des États-Unis, l’Immigration et les services douaniers ont ordonné l’arrêt de l’expulsion des demandeurs d’asile africains du Cameroun et d’autres pays du continent.

Dans une déclaration conjointe publiée mardi, Karen Bass, présidente de la sous-commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Bennie Thompson, Shelia Jackson-Lee, Judy Chu, Joaquin Castro et Jamie Raskin ont fait part de cette demande.

Selon les législateurs, la procédure d’expulsion par l’ICE devrait être suspendue jusqu’à ce qu’une nouvelle administration soit assermentée.

La déclaration se lit comme suit :

« Nos bureaux ont été alertés que les demandeurs d’asile africains du Cameroun et d’autres pays africains, dont beaucoup auraient été indûment contraints par l’ICE à signer des ordres d’expulsion volontaire, seront expulsés dès demain matin. À leur arrivée dans les pays désignés, nombre d’entre eux seront en danger de mort imminent. Leur expulsion devrait être mise en attente jusqu’à ce que la nouvelle administration soit assermentée et en mesure d’examiner attentivement ces demandes. Toute autre solution est scandaleuse et inacceptable. Nous prévoyons d’introduire cette semaine une mesure visant à condamner cette expulsion si elle a lieu. Les États-Unis devraient respecter leur engagement au titre des traités internationaux relatifs aux réfugiés et aux demandeurs d’asile et mettre un terme à cette déportation injuste ».

Chambre des représentants des USA

En effet, les États-Unis ont fait part de leur intérêt à renvoyer par avion certains demandeurs d’asile camerounais dans leur pays d’origine, malgré les craintes que leur vie soit en danger.

Parmi les personnes expulsées figurent des militants de la minorité anglophone du pays, qui font l’objet de mandats d’arrêt pour leurs activités politiques de la part des forces gouvernementales, avec un dossier bien documenté d’exécutions extrajudiciaires.

You may like

In the news