Côte d’Ivoire : arrestation d’un leader de l’opposition pour avoir créé la rivalité gouvernementale

Samedi, Pascal Affi N’Guessan, leader de l’opposition et ancien premier ministre de Côte d’Ivoire, a été arrêté pour avoir créé un gouvernement rival après la victoire électorale du président Alassane Ouattara.

La justice ivoirienne poursuit les accusations de terrorisme contre plus d’une douzaine de dirigeants de l’opposition qui ont boycotté le scrutin du 31 octobre dernier, au cours duquel M. Ouattara a remporté un troisième mandat, et ont annoncé la création d’un conseil de transition.

Cette impasse a fait craindre une instabilité prolongée chez le premier producteur mondial de cacao, dont l’élection présidentielle contestée de 2010 a conduit à une brève guerre civile. Plus de 40 personnes sont mortes dans des affrontements avant et depuis le dernier vote.

Selon sa femme, Angeline Kili, le procureur général a confirmé vendredi qu’il était recherché par la police et il a été arrêté dans la nuit.

« Je confirme que mon mari a été arrêté pendant la nuit mais je ne sais pas où il se trouve en ce moment »

Angeline Kili

Par ailleurs, Geneviève Goetzinger, porte-parole de l’Affi, a déclaré sur Twitter qu’il avait été arrêté dans la ville d’Akoupe, dans le sud-est du pays, alors qu’il se rendait à Bongouanou, sa ville natale.

En effet, la police n’a pas été immédiatement disponible pour faire des commentaires.

De 2000 à 2003, Affi a été premier ministre sous le règne du président Laurent Gbagbo, dont le refus de concéder la défaite à Ouattara après les élections de 2010 a déclenché une guerre civile qui a fait 3 000 morts.

Selon l’opposition, M. Ouattara a violé la constitution en briguant un troisième mandat. M. Ouattara affirme que l’approbation d’une nouvelle constitution en 2016 a relancé son mandat et lui a permis de se présenter à nouveau.

You may like

In the news