Cameroun-Tchad : les inondations à la frontière laissent des milliers de personnes sans abri et affamées

Le Cameroun affirme qu’au moins 15 000 personnes se sont retrouvées sans abri ou ont été déplacées par les eaux de crue le long de sa frontière nord avec le Tchad. Le gouvernement et les groupes d’aide sont à la frontière pour aider ceux qui sont dans le besoin, mais les victimes des inondations disent que la nourriture et les médicaments sont rares.

Selon les autorités camerounaises, les fortes pluies qui ont commencé en septembre et se sont aggravées cette semaine ont forcé le fleuve Logone à sortir de son lit.

Dans la ville de Kousseri, le fermier Ali Khadil a déclaré vendredi matin que sa maison et 15 autres ont été détruites par les eaux.

Il a déclaré qu’à environ cinq heures du matin, la rivière Logone, à la frontière avec le Tchad, a débordé et emporté leurs maisons. Khadil a dit qu’il est reconnaissant à Dieu d’avoir sauvé la vie de ses deux femmes et de ses quatre enfants. Mais il dit que sa famille a faim et que ses enfants n’ont plus les moyens d’aller à l’école.

Les autorités de la région de l’Extrême Nord du Cameroun affirment que plusieurs centaines de maisons et de fermes ont été détruites depuis mercredi.

Aucune victime n’a été signalée mais de nombreuses personnes sont sans abri.

Par ailleurs, le pêcheur Oumar Aziz, 35 ans, porte-parole des victimes des inondations, a déclaré qu’elles attendaient de toute urgence de la nourriture et une aide médicale. Aziz a déclaré que les eaux des rivières Logone et Chari qui passent par Kousseri ont emporté tous les sacs de sable utilisés pour tenter d’arrêter les dégâts des inondations dans leur village. Il a ajouté que les inondations ont emporté 70 % des maisons le long des rives du Logone, tant au Cameroun qu’au Tchad.

Il n’a pas été possible de vérifier de manière indépendante combien de maisons ont été détruites au Tchad.

Mais le diffuseur public tchadien Tele Chad a indiqué que le gouvernement du pays avait envoyé une aide alimentaire aux victimes.

Le maire de Kousseri, Esseini Darkadre, a déclaré que le conseil municipal fournit de la nourriture et de l’aide médicale du côté camerounais.

Il a ajouté que de nombreux agriculteurs des régions qui sont maintenant à sec, en raison de l’avancée du désert, se sont installés le long du fleuve pour cultiver et vendre leurs récoltes au Cameroun et au Tchad. M. Darkadre a déclaré que le conseil municipal avait l’intention de déplacer les personnes des zones à risque le long du fleuve vers des endroits plus sûrs.

Pour les autorités camerounaises, la Croix-Rouge internationale et les Nations unies apportent également leur aide.

En raison des pluies saisonnières provenant des collines environnantes et du lac Tchad tout proche, les rivières Logone et Chari sont souvent inondées.

Ces inondations, les plus graves survenues dans le nord du Cameroun en 2012, ont fait 60 victimes après plus d’un mois de fortes pluies.

Selon les autorités camerounaises, les inondations de l’année dernière ont laissé 100 000 personnes sans abri des deux côtés de la frontière.

You may like

In the news