Cameroun-NOSO : Seuls les candidats du RDPC dans les premiers scrutins régionaux

Dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en plein marasme, le parti au pouvoir sera seul sur les bulletins de vote lors des élections régionales qui auront lieu le 6 décembre.

Les conseillers municipaux et les chefs traditionnels des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest participeront, le 6 décembre prochain aux premières élections régionales du Cameroun. Contrairement aux huit autres régions du pays, toutes francophones, les électeurs du 6 décembre éliront, en plus des conseillers régionaux, les premiers membres de la Chambre des chefs.

Cette assemblée postcoloniale a été remaniée par les autorités lors du grand dialogue national, qui s’est tenu en octobre 2019. L’institution cherche à renforcer les pouvoirs de ces régions touchées par les mouvements sécessionnistes qui ont éclaté dans un conflit armé en 2016 et continuent à ce jour.

Selon ELECAM, le comité électoral en charge des élections, la campagne débutera le 23 novembre. Tant dans le Nord-Ouest que dans le Sud-Ouest, chaque candidat se présentant aux élections est affilié au parti du Mouvement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

Décentralisation

Le parti au pouvoir profite largement du retrait du Front social-démocrate (SDF), qui a appelé les citoyens à boycotter les élections. Le parti dirigé par John Fru Ndi exige que la crise qui touche les régions anglophones soit résolue avant la tenue de nouvelles élections. Les autres partis n’ont pas été en mesure de présenter une liste complète de candidats.

Le RDPC devrait donc faire table rase des 70 sièges de conseillers et des 20 sièges de représentants à pourvoir dans chacune des deux régions. Mais l’attention des observateurs est désormais résolument tournée vers la sélection des personnalités qui prendront la relève des futures autorités régionales.

You may like

In the news