Cameroun: Les séparatistes donnent la consigne concernant la reprise des cours dans les écoles des régions anglophones.

C’est l’une des raisons majeures invoquées pour la reprise des activités scolaires à compter du début de la nouvelle année scolaire 2020-2021.

Dans les régions anglophones du pays, les partisans de la sécession se sont engagés dans un processus de retour à l’école. Tel est le contenu principal d’un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux par les sécessionnistes. Ils y soulignent le besoin impérieux de scolarisation de tous les enfants, ce qui justifie pleinement la levée de l’interdiction visant toute activité éducative dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest.

La prohibition de fonctionnement aux établissements publics

« Nous savons que l’école était en quelque sorte une de nos armes, mais nous ne pouvons pas laisser nos enfants grandir analphabètes ou migrer d’un pays à l’autre en quête d’éducation, et par conséquent faire revenir tous nos enfants de l’étranger »

ont-ils déclaré.

En revanche, ceux-ci posent des conditions de rigueur qui doivent impérativement être appliquées afin de rendre cette reprise effective. La principale condition est la suivante: aucun établissement public ne doit rouvrir ses portes à moins qu’il ne change son nom pour adopter celui de « Community Schools ».

Interdiction de dispenser les cours d’histoire du français

Au-delà de cette interdiction, on retrouve d’autres initiatives: Les écoles doivent respecter le principe de la « ville morte » , interdiction de chanter l’hymne national camerounais dans les écoles. De plus, l’enseignement de l’histoire sur le Cameroun francophone est interdit dans les écoles.

D’autre part, les sécessionnistes anglophones incitent à l’enseignement des langues vernaculaires et tiennent à ce que toutes les écoles prennent des mesures appropriées pour protéger les élèves de la Covid-19.

Toujours dans le même communiqué, les sécessionnistes « Ambazoniens » font aussi état de menaces à l’encontre des parents qui se hasarderaient à envoyer leurs enfants dans les écoles publiques, Ils Mettent en garde  tout parent qui le ferait en précisant que ceux ci seraient responsables de tout ce qui pourrait arriver à leurs enfants.

Il est important de préciser que suite à ce communiqué, treize sénateurs américains ont exhorté les autorités camerounaises et les sécessionnistes armés à entamer un dialogue pour remédier à la situation de crise socio-politique.

Nous devons donc suivre de près l’évolution de cette situation qui marquera le début d’un semblant de normalité dans cette partie du pays qui depuis plusieurs années n’a connu que terreur et peur.

You may like

In the news