Cameroun : les parts de Victoria Oil & Gas progressent dans le cadre d’un règlement judiciaire

Suite à un règlement judiciaire de 12,5 millions de dollars US concernant un litige de longue date sur les actifs de la filiale camerounaise du groupe, les actions de Victoria Oil & Gas PLC (LON :VOG) ont augmenté de plus de 130 % lors des transactions du jeudi sur l’AIM.

« Le règlement de ce différend juridique de longue date élimine l’incertitude financière et les coûts permanents qui auraient pu aller jusqu’à une audience finale en 2022 ».

Le directeur général Roy Kelly

Lors d’un accord entre Gaz du Cameroun (GDC), une filiale de VOG, et Cameroon Holdings Limited (CHL), ce dernier a accepté de cesser toute action en justice et un accord de redevance détenu par CHL a été annulé.

Cet accord lève un voile important sur ce qui a été une réussite pour les petites entreprises, qui a vu VOG faire passer le champ de Logbaba du stade de l’exploration à sens unique, en 2009, à celui du développement en créant sa propre infrastructure et en le distribuant dans la capitale économique du Cameroun, la ville de Duala.

De plus à Londres, les actions de VOG ont ajouté 2,79 pence ou 132 %, et ont changé de mains à 4,89 pence.

La société VOG a souligné que l’accord se traduit par une augmentation précieuse des revenus nets mensuels de sa filiale, Gaz du Cameroun (GDC), et que des frais juridiques importants ont été évités.

Dans le même temps, VOG a déclaré aux investisseurs que le temps de la direction peut désormais être consacré aux activités à valeur ajoutée, tout en faisant le point sur la poursuite des opérations sur le terrain, qui comprennent l’assainissement et les tests des puits.

En ce qui concerne le puits La-108 du champ phare de Logbaba, la société a déclaré qu’il a été nettoyé avec succès, que des perforations supplémentaires ont été réalisées et que, sur la base des tests, elle estime que le puits dépassera très probablement la capacité de l’usine (20 millions de pieds cubes de gaz par jour).

Selon VOG, le paiement de règlement tient compte des redevances impayées passées et des prévisions de la direction concernant la valeur actuelle des flux de trésorerie estimés dus au titre de l’accord sur les redevances de la CHL. Les redevances seront perçues par CHL sur une base mensuelle pendant de nombreuses années, précise l’entreprise.

Comme l’a déclaré le directeur général, Roy Kelly :

« Le règlement de ce litige de longue date élimine l’incertitude financière et les coûts permanents qui auraient pu aller jusqu’à une audience finale en 2022, avec des conséquences potentiellement négatives. La résiliation de l’accord sur les redevances de la CHL dans le cadre du règlement est un avantage considérable pour les actionnaires en termes de flux de trésorerie futurs. Sans la distraction de procédures judiciaires coûteuses et la ponction considérable sur les ressources de gestion, nous pouvons maintenant nous concentrer sur les activités créatrices de valeur ».

Roy Kelly

You may like

In the news