Cameroun : le personnel présidentiel perd son procès pour avoir agressé un journaliste

Dans le cadre de la visite du président Paul Biya à Genève, un tribunal a rejeté l’appel de six membres du détachement de sécurité du président camerounais Paul Biya, condamnés pour avoir agressé un journaliste suisse lors de sa visite l’année dernière.

Selon les médias genevois, Robert Assaël, l’avocat de l’un des accusés, a confirmé mardi les informations relatives au jugement. Il a ajouté que la Cour d’appel de Genève avait violé le droit international avec ce jugement car le personnel du président bénéficie de l’immunité diplomatique, ce qui l’empêche de faire l’objet de poursuites pénales.

« Peu importe que le chef de l’État ait été en visite privée, qu’il se soit trouvé à l’intérieur de l’hôtel et qu’il n’ait pas été approché (par le journaliste) ».

En juin 2019, le journaliste de la télévision publique suisse, RTS, a été agressé par l’entourage du président devant l‘hôtel InterContinental, où Biya séjournait lors d’une visite à Genève.

Au dire du journaliste, des membres de l’équipe de sécurité de Biya ont pris son sac contenant un téléphone portable et un portefeuille. Les objets saisis lui ont été restitués par la suite. Il a été légèrement blessé.

C’est inacceptable à Genève comme ailleurs.

L’incident a eu lieu lors d’une manifestation devant l’hôtel où séjournait Biya par un groupe de manifestants. L’agression a incité la Suisse à convoquer l’ambassadeur du Cameroun à Berne, où il lui a été dit que « de tels incidents sont inacceptables, et que la liberté de la presse est protégée et doit être respectée ».

Les six employés ont été initialement arrêtés en juin 2019 et condamnés à des peines de prison avec sursis. En juillet, les procureurs genevois ont déclaré les individus (cinq hommes et une femme) coupables de coercition, de dommages matériels et d’appropriation illégale. Le système judiciaire genevois n’a trouvé aucune justification à la réponse de l’équipe de Biya.

Selon les informations publiées dans le journal francophone La Tribune de Genève, les accusés prévoient de faire appel devant le tribunal fédéral.

You may like

In the news